Erri De Luca : « Écrire me permet de relayer les luttes »

Le romancier italien Erri De Luca est poursuivi pour avoir « incité à saboter » le chantier du TGV Lyon-Turin en val de Suse. Il répond à *Politis* à la veille de l’audience prévue le 19 octobre, où il risque la prison.

Olivier Doubre  • 7 octobre 2015 abonné·es
Erri De Luca : « Écrire me permet de relayer les luttes »
© BERTORELLO / AFP

On aurait tort de penser que l’écrivain Erri De Luca ne risque rien en étant poursuivi pour avoir déclaré : « Le sabotage est la seule alternative […] pour faire comprendre que le TAV est une entreprise nuisible et inutile. » Les autorités italiennes, qui ont décrété « œuvre stratégique » la construction de la ligne à grande vitesse (LGV, TAV en italien) Lyon-Turin – estimée à près de 30 milliards d’euros –, ne plaisantent pas.

Après les multiples manifestations (dont certaines ont violemment dégénéré à l’été 2011), signe de la forte mobilisation citoyenne en val de Suse, pas moins de quatre procureurs ont été détachés à Turin pour veiller à la répression. Plus de mille inculpations ont eu lieu et, en janvier dernier, cent cinquante années de prison ont été infligées à 47 militants arrêtés en 2011… Accuser Erri De Luca d’ « incitation au sabotage » participe de cet acharnement répressif. Mais envoyer derrière les barreaux un romancier traduit dans le monde entier n’est pas aussi « simple » que pour des militants inconnus. Si c’est bien le rôle de l’écrivain, « amplificateur » du message de résistance, qui est visé, le parquet a finalement requis le minimum à son encontre : huit mois ferme au lieu des cinq années possibles. Verdict le 19 octobre. Mais, quoi qu’il arrive, l’auteur de la Parole contraire (voir ci-contre) assume son engagement comme une nécessité.

Le chef d’accusation porté contre vous est « l’incitation ». Diriez-vous que c’est votre rôle d’intellectuel, ou d’écrivain, qui est directement visé ?

Erri De Luca : C’est exactement cela. C’est même ce que dit explicitement l’accusation ! Les attaquants ont ainsi déclaré que, s’ils me poursuivent, c’est justement parce que je suis un écrivain et que j’ai la possibilité d’avoir une parole publique. Et ils ont dit que, si j’avais été un citoyen anonyme, ils auraient certainement renoncé à une action pénale. Je suis donc poursuivi pour l’incitation que je serais supposé avoir exercée, mais aussi parce que je suis très engagé aux côtés de diverses luttes au sein de la société civile, qui visent à la protection de l’environnement, des territoires, de l’air ou de l’eau, en particulier en val de Suse, menacé par des travaux meurtriers.

Délivrer ce type de message de résistance fait-il partie de votre fonction d’écrivain ?

Non. Il ne s’agit pas ici de ma fonction d’écrivain, mais de citoyen. Je profite en revanche de ma position d’écrivain, non pour me poser en porte-parole de ces luttes, mais pour servir comme un relais d’antenne et renvoyer plus loin le signal de celles-ci. Je fais donc une distinction : comme citoyen, je suis engagé ; comme écrivain, je suis un mégaphone ou un amplificateur du message.

Vous avez milité dans les années 1970, à une époque où les écrivains et les intellectuels s’engageaient fréquemment. Comment définiriez-vous votre engagement, dans une période où beaucoup disent que l’engagement et les idéologies sont des vieilleries passées de mode ?

L’engagement n’est pas une vocation. Il naît lorsqu’on est face à des situations intolérables que l’on ne peut ignorer, éviter ou contourner. L’engagement, c’est quelque chose qui vous prend à la gorge, vous attrape, vous secoue et vous

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société Police / Justice
Temps de lecture : 16 minutes

Pour aller plus loin…

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »
Entretien 28 février 2024 abonné·es

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »

Dans son livre Les Choses sérieuses, la sociologue Isabelle Clair enquête sur les amours adolescentes et examine la manière dont filles et garçons entrent en relation.
Par Hugo Boursier
Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta
Enquête 28 février 2024 abonné·es

Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta

Si les politiques publiques contre le harcèlement scolaire ont été renforcées, celles contre les agressions entre élèves demeurent confidentielles. Elles laissent les personnels dépourvus de cadre et les victimes souvent seules face à leur traumatisme.
Par Pierre Jequier-Zalc
Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet
SNU 27 février 2024

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet

Dans une publication sur X (ex-Twitter) de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Hérault, rapidement supprimée, des jeunes volontaires du SNU célébraient leur fin de séjour de cohésion par une chorégraphie au son d’un gospel. L’an dernier, dans ce centre, un intervenant extérieur a appris à des jeunes à tirer au pistolet.
Par Hugo Boursier
À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier