Agir sans élus

Dans le Nord et en Paca, le PS et la gauche, privés de conseillers régionaux, vont devoir trouver comment exister sur les dossiers locaux.

L’heure est aux cartons dans les couloirs des conseils régionaux de Marseille, de Lille et d’Amiens. Le séisme politique provoqué par les scores historiques du Front national au premier tour des régionales a secoué la France du nord au sud. Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, en plein accord avec l’Élysée et Matignon, a rapidement annoncé le retrait des listes socialistes en Provence-Alpes-Côte d’Azur et en Nord-Pas-de-Calais/Picardie. Même sentence pour la région Grand Est, mais le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents