Quand Bolloré veut faire taire Bastamag (et la presse)

Le procès en diffamation s'ouvre ce jeudi.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Ce jeudi 11 février s’ouvre le procès en diffamation intenté par le groupe Bolloré à nos confrères et amis de Bastamag, site spécialisé dans les enquêtes sur les ravages sociaux et environnementaux de notre belle ère néolibérale. L’ire de -Bolloré provient d’un article de 2012, s’appuyant sur des rapports de l’ONU et d’ONG sur l’accaparement de terres agricoles en Afrique et en Asie par de grandes sociétés françaises – dont Bolloré, via une holding luxembourgeoise – pour les transformer notamment en immenses plantations d’hévéas et de palmiers à huile. Bolloré poursuit ici non seulement Bastamag, mais aussi tous les titres et journalistes qui ont repris ou partagé l’article, comme Rue 89 dans sa revue de presse (« Le meilleur du Web ») et plusieurs blogueurs. Le groupe français est coutumier des procès contre la presse, alors que l’on parle d’introduire le fameux « secret des affaires » au niveau européen.


Photo : TRIBOUILLARD/AFP

Haut de page

Voir aussi

Articles récents