La folie des primaires

Malgré la crainte d’une absence au deuxième tour de la présidentielle et le rejet du gouvernement, la gauche affiche son désaccord sur le périmètre de sélection d’un candidat pour 2017.

Michel Soudais  • 13 avril 2016 abonné·es
La folie des primaires
© Photo: Université d'été du PS, 30 août2014 (Michel Soudais / Politis)

Yaurait-il autant de primaires que de candidats potentiels ? Trois mois après l’appel pour une primaire des gauches et des écologistes lancé dans Libération (11 janvier) par une cinquantaine d’intellectuels et d’élus, il n’y a guère que le quotidien de Laurent Joffrin pour croire encore possible une primaire qui irait du PS au PCF en passant par EELV. L’affaire est si mal engagée qu’il est peu probable que le Forum citoyen, coorganisé le 16 avril dans un théâtre parisien par Libération et les initiateurs de « Notre Primaire », parvienne à la relancer.

Pour justifier leur démarche, ces derniers avancent un argument, et un seul : divisée, la gauche risque d’être éliminée au premier tour ; pour

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 7 minutes