PS / Mobilisations : Le grand fossé

Face à une contestation multiforme qui s’enracine, les dirigeants socialistes, désemparés, se préoccupent de leur domination sur la gauche.

Le contraste est saisissant. Pourtant, il n’a guère été relevé. Samedi 9 avril, alors que des centaines de milliers de manifestants battaient le pavé dans près de deux cents villes de France, parfois sous la pluie, contre le projet de loi travail, le Parti socialiste réunissait son conseil national dans une salle en sous-sol de l’Assemblée nationale. À huis clos. Dans la soirée, des milliers de jeunes et de moins jeunes « nuitdeboutistes » débattaient sur les places d’une soixantaine de villes à la vue et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Droit à l’avortement, cause universelle

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.