Sur le bout de la langue

Avec Voyage amoureux dans la cuisine des terroirs, Jacky Durand renoue avec une littérature gourmande où l’exigence du verbe le dispute au bon goût. Avec jubilation.

L’anecdote est tragi-comique. Du côté de Laumière, dans le XIXe arrondissement parisien, un gonze se fait charger en taxi. Loden et toque d’astrakan, Weston aux pieds, sac de voyage en cuir, un carton solidement ficelé à côté. Lourd carton à soigneusement placer dans le coffre. « Attention, c’est fragile », prévient le client, copie conforme de Maurice Béjart, avant d’annoncer Marseille. Non pas la rue de Marseille, dans le Xe, non, Marseille, Bouches-du-Rhône. De quoi se demander si la meilleure adresse…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents