Grande-Synthe : L’État reprend la main

l’État met au pot 3,9 millions d’euros pour prendre en main le camp de Médecins sans frontières.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Les ONG hésitaient à ouvrir un camp de réfugiés au motif que cela relevait de la responsabilité de l’État. Finalement, la situation devenait tellement critique dans le Calaisis que Médecins sans frontières (MSF) a financé l’ouverture d’un site à Grande-Synthe, le 7 mars. Aujourd’hui, l’État met au pot 3,9 millions d’euros pour prendre en main le camp, soit 9,90 euros par jour et par migrant. L’objectif étant de fermer d’ici à un an les 380 abris de bois. Mais pour quelle solution pérenne ? En outre, alors que MSF refusait tout filtrage à l’entrée, « l’inscription » est désormais de mise. Et il serait aussi question d’un service d’ordre.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.