Les anti-nucléaires alertent l’opinion publique depuis la centrale de Flamanville

Quelques mois avant les présidentielles, les militants écologistes mettent la pression. Des milliers de personnes se sont rassemblées ce week-end pour demander l’arrêt du nucléaire et dénoncer la dangerosité du réacteur pressurisé européen (EPR) en construction sur le site de Flamanville.

Chloé Dubois (collectif Focus)  • 3 octobre 2016 abonné·es
Les anti-nucléaires alertent l’opinion publique depuis la centrale de Flamanville
© Photos : Chloé DUBOIS

Samedi 1er octobre, peu après six heures du matin, une cinquantaine de personnes se retrouvent dans les rues de Paris. Le rendez-vous est matinal, mais le sourire sur toutes les lèvres. Dans une trentaine de minutes, les militants prendront la route en direction de Siouville, commune située entre l'usine de retraitement de déchets nucléaires de la Hague et la centrale de Flamanville, en Normandie. C'est là-bas qu'a lieu le grand rassemblement des anti-nucléaires, venus protester contre la construction de l'EPR, un réacteur nouvelle génération.

Comme des milliers d'autres, débarqués de France, d'Allemagne ou d'Angleterre, ces « écolos inquiets » exigent « l'arrêt du nucléaire » et dénoncent « le rafistolage des réacteurs ». Quelques jours après les nouvelles annonces concernant l'état des centrales nucléaires françaises, les colères s'exacerbent. 

Du côté de la centrale de Flamanville, l'alerte est donnée dès 2015 par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Des « anomalies sérieuses » ont été constatées sur la cuve du réacteur en construction, dit de « troisième génération ». Pourtant, jamais la fabrication des composants n'a été interrompue. La cuve a même été placée sur le site. Mais un an plus tard, de nouvelles tensions se dessinent.

Dans un rapport rendu public jeudi 29 septembre, le cabinet Large and Associates révèle qu'au moins 32 réacteurs, dans 14 centrales françaises, seraient concernés par des défauts de fabrication, affectant notamment les cuves. L'EPR de Flamanville serait de ceux-là.

Commandée par Greenpeace, cette étude dirigée

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 9 minutes