Miss France, la Guyane et Gobineau

Certains n’ont pas reconnu la couleur du génie français chez Alicia Aylies, la jeune Guyanaise qui a décroché cette année le diadème.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


« Vous avez rendez-vous avec les trente jeunes femmes les plus belles de France. Trente Miss régionales qui vont, l’espace d’une soirée inoubliable, tout mettre en œuvre pour vous faire vivre un incroyable Noël. Seule l’une d’entre elles sera sacrée Miss France 2017 et verra sa vie basculer du rêve à la réalité. » A-t-on déjà entendu lancement d’émission plus alléchant ? Samedi soir, les chanceux à qui restait un peu de cerveau disponible ont pu le vouer à l’élection de Miss France, sur TF1. Rien n’égale ce formidable concours de beauté. Ni une animation de comices agricoles, ni même un salon de la poupée Barbie. Présenté par un Jean-Pierre Foucault décongelé pour l’occasion, ce spectacle étourdissant d’inventions formelles et conceptuelles, trop vite considéré comme « ringard » par Osez le féminisme, qui n’y voit que sexisme, relève de cette belle culture gauloise enracinée dans nos terroirs.

Las, certains n’ont pas reconnu la couleur du génie français chez Alicia Aylies, la jeune Guyanaise qui a décroché cette année le diadème. Sur les réseaux sociaux, beaucoup ont déploré cette sombre nouvelle. Il fut question de géopolitique : « @TF1#MissFrance2017 est d’un autre continent. Humiliation nationale. Une de plus. On traîne notre identité dans la boue », a-t-on lu sous la plume d’un courageux anonyme « identitaire européen de très vieille souche ». Quand d’autres, tel le directeur de la bien nommée Radio Courtoisie, Henry de Lesquen, convoquèrent le comte de Gobineau, soudain émoustillé comme jamais : « Imposture cosmopolite. 1) La Guyane n’est pas la France. 2) Il convient que la demoiselle qui représente la France soit de race caucasoïde. »

« Au concours du plus beau patriote, la connerie n’a pas de limites », se serait exclamée Geneviève de Fontenay lors d’un dîner avec son ami Florian Philippot – mais on n’en est pas très sûr. En revanche, on apprend qu’après son sacre, Alicia Aylies a déclaré : « Je pense que ça va quand même être un peu difficile, il va falloir quand même que je m’adapte, sachant que je n’ai jamais vécu en France. » Mais la métropole en a entendu d’autres. Comme celle-ci, d’Emmanuel Macron, le 16 décembre, publiant sur Twitter un selfie aux côtés d’un jeune garçon : « Avec Mathias, lycéen de Bourg-en-Bresse. Il rejoint sa mère expatriée en Guadeloupe pour Noël »


Haut de page

Voir aussi

Articles récents