Disparition de Jean-Christophe Victor

Une personnalité emblématique d’Arte, avec « Le Dessous des cartes ».

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


C’est l’une des figures du petit écran qui a tiré sa révérence le 28 décembre à l’âge de 69 ans. Fils de l’explorateur Paul-Émile Victor et de la journaliste Éliane Victor, Jean-Christophe Victor était passé par une formation universitaire en langues orientales, un doctorat en anthropologie et un poste au ministère des Affaires étrangères avant de fonder le Lépac (Laboratoire d’études politiques et d’analyses cartographiques) et de devenir une personnalité emblématique d’Arte, avec « Le Dessous des cartes ». Un magazine créé en 1990, articulé autour de la géopolitique, résolument pédagogique, s’appuyant sur les cartes et les graphiques. Son credo : « Faire comprendre plutôt que faire savoir. » Il venait de publier chez Arte un nouvel opus du ­Dessous des cartes consacré à l’Asie, en attendant d’inaugurer ­l’Espace des mondes polaires, à Prémanon (Jura), en hommage à son père.


Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents