Existe-t-il une justice de classe ?

Salles d’audience et population carcérale témoignent d’une forte concentration devant les tribunaux de justiciables défavorisés.

Olivier Doubre  • 25 janvier 2017
Partager :
Existe-t-il une justice de classe ?
© Assa Traore : photo Julien Pitinome/NurPhoto ; Christine Lagarde : photo Martin Bureau/AFP

Lundi 26 janvier, étaient rendues publiques deux décisions de justice : la relaxe à Dax de Jon Palais, militant contre l’évasion fiscale et « faucheur » de 14 chaises dans une agence BNP, attaqué par cette banque, et la condamnation en appel de Claude Guéant à deux ans de prison, dont un ferme, pour avoir touché des primes en liquide non déclarées comme directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur. Les juges ont même, ici, durci la condamnation en première instance, qui était de deux ans avec sursis. Deux verdicts qui sembleraient démentir notre interrogation sur l’existence d’une justice « de classe », ou du moins une tendance appuyée de pratiques judiciaires à deux vitesses, plutôt clémentes avec les puissants, rigoureuses avec les moins favorisés.

Il n’en demeure pas moins que le public habitué des salles d’audience et les études sur la population carcérale témoignent d’une très forte concentration devant les tribunaux de justiciables appartenant aux catégories les plus défavorisées. Alors que « la France traverse la période la plus répressive de son histoire récente en temps de paix », avec un nombre record de détenus et plus encore de personnes sous main de justice, comme le souligne dans son dernier essai l’anthropologue et sociologue Didier Fassin, il s’agit ici d’interroger les pratiques des juges, mais aussi la sociologie de la magistrature et sa formation, en tant que facteurs potentiels influant sur ses décisions. Sans oublier le contexte de ce _« moment punitif » actuel, où « l’intolérance sélective de la société » trouve pour réponse un certain « populisme pénal »

À retrouver dans ce dossier :

• Justice : Puissant ou misérable…

• Didier Fassin : « La justice, accusée de laxisme, n’a jamais été aussi sévère »

• Comment sont formés les magistrats ?

Société Police / Justice
Publié dans le dossier
Existe-t-il une justice de classe ?
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers

Une vingtaine de personnes, pour la plupart sans papiers, vivaient dans ce squat montreuillois. Elles risquent d’être expulsées du pays, craint un coordonnateur du lieu qui nous expose les raisons et conséquences de cette opération de police.
Par Pauline Migevant
À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout
Violences 17 mai 2024 abonné·es

À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout

Deux rapports, l’un de SOS Homophobie, l’autre de l’Observatoire LGBTI+ de la Fondation Jean Jaurès révèlent, en cette Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, l’insécurité dans laquelle vivent les personnes LGBT et ce, dès leur plus jeune âge.
Par Hugo Boursier
Militants basques de Louhossoa : « coupables » d’avoir désarmé ETA… mais dispensés de peine
Justice 17 mai 2024 abonné·es

Militants basques de Louhossoa : « coupables » d’avoir désarmé ETA… mais dispensés de peine

Les militant·es basques Txetx Etcheverry et Béatrice Molle-Haran étaient jugés à Paris pour avoir participé à neutraliser des armes du groupe de lutte armée ETA, en 2016 à Louhossoa, dans les Pyrénées-Atlantiques.
Par Patrick Piro
Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »
Jeunesse 17 mai 2024 abonné·es

Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »

Multiplication des interventions policières, fermeture des lieux d’études, annulation ou interdiction de conférences : la répression des étudiants en raison de leur mobilisation pour le peuple palestinien est devenue la seule réponse des universités.
Par Léa Lebastard