Rémi Fraisse : l’ombre du non-lieu

Pour la famille du jeune militant écologiste tué par une grenade lancée par un gendarme, la priorité est de ne pas enterrer l’affaire.

Politis  • 25 janvier 2017 abonné·es
Rémi Fraisse : l’ombre du non-lieu
© Photo: REMY GABALDA / AFP

Dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014, Rémi Fraisse est tué par une grenade lancée par un gendarme sur le site du barrage de Sivens (Tarn). Deux ans plus tard, les juges d’instruction du tribunal de grande instance de Toulouse annoncent la fin de l’enquête judiciaire. L’ombre du non-lieu plane sur cette affaire, d’autant qu’aucune mise en examen n’a été prononcée. Même le gendarme mobile responsable du tir a seulement été placé sous le statut de témoin assisté. 

Pour la famille du jeune militant écologiste, la priorité est de ne pas enterrer l’affaire. Une première plainte pour « faux témoignages » contre trois gendarmes mobiles a été déposée. Une seconde vise la négligence de l’ancien préfet du Tarn et du sous-préfet, son directeur de cabinet, accusés d’homicide involontaire. Enfin, le capitaine chargé de l’enquête est poursuivi pour subornation de témoin, au vu des différentes versions des gendarmes lors des auditions. Me Arié Alimi, l’un des avocats de la famille de Rémi Fraisse, a exprimé son désarroi sur France Info : « Il y a une forme de consanguinité entre la justice et l’autorité policière qui a commis l’acte. Elle est inconsciente, quelque fois consciente, mais on a toujours le même résultat. » Un rapport de l’Inspection générale de la gendarmerie (IGGN) avait déjà blanchi le gendarme en décembre 2014, estimant que les avertissements nécessaires avaient été effectués avant le jet de la grenade.

Hasard du calendrier, un gendarme a été mis en examen le même jour. Il avait lancé une grenade de désencerclement à l’intérieur d’une caravane. Cette fois, le drame a été filmé, les images étant les seules preuves avec assez de poids pour s’opposer à la parole d’or des forces de l’ordre.

Pour aller plus loin…

À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout
Violences 17 mai 2024 abonné·es

À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout

Deux rapports, l’un de SOS Homophobie, l’autre de l’Observatoire LGBTI+ de la Fondation Jean Jaurès révèlent, en cette Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, l’insécurité dans laquelle vivent les personnes LGBT et ce, dès leur plus jeune âge.
Par Hugo Boursier
Militants basques de Louhossoa : « coupables » d’avoir désarmé ETA… mais dispensés de peine
Justice 17 mai 2024 abonné·es

Militants basques de Louhossoa : « coupables » d’avoir désarmé ETA… mais dispensés de peine

Les militant·es basques Txetx Etcheverry et Béatrice Molle-Haran étaient jugés à Paris pour avoir participé à neutraliser des armes du groupe de lutte armée ETA, en 2016 à Louhossoa, dans les Pyrénées-Atlantiques.
Par Patrick Piro
Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »
Jeunesse 17 mai 2024 abonné·es

Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »

Multiplication des interventions policières, fermeture des lieux d’études, annulation ou interdiction de conférences : la répression des étudiants en raison de leur mobilisation pour le peuple palestinien est devenue la seule réponse des universités.
Par Léa Lebastard
« L’inceste, c’est toute une vie de silence »
Entretien 16 mai 2024 abonné·es

« L’inceste, c’est toute une vie de silence »

Dans un entretien donné à Politis, l’anthropologue Dorothée Dussy décrit les mécanismes du silence autour de l’inceste empêchant les victimes d’être entendues.
Par Pauline Migevant