Rémi Fraisse : l’ombre du non-lieu

Pour la famille du jeune militant écologiste tué par une grenade lancée par un gendarme, la priorité est de ne pas enterrer l’affaire.

Dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014, Rémi Fraisse est tué par une grenade lancée par un gendarme sur le site du barrage de Sivens (Tarn). Deux ans plus tard, les juges d’instruction du tribunal de grande instance de Toulouse annoncent la fin de l’enquête judiciaire. L’ombre du non-lieu plane sur cette affaire, d’autant qu’aucune mise en examen n’a été prononcée. Même le gendarme mobile responsable du tir a seulement été placé sous le statut de témoin assisté. Pour la famille du jeune militant écologiste,…

Il reste 70% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents