Guyane : le blocage total ne fait pas l’unanimité

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Près de trois semaines après le début du mouvement social, le collectif Pou La Gwiyann dékolé (« Pour que la Guyane décolle ») voulait renforcer les barrages, empêchant même les piétons ou les vélos de circuler. Face à l’absence d’unanimité sur la méthode, les militants ont reculé sur la question des barrages, mais ne lâchent rien, ils demandent d’autres engagements à l’État. Dans une lettre adressée aux députés guyanais le 10 avril, François Hollande appelle à la fin des blocages car « l‘économie guyanaise ne doit pas être fragilisée plus longtemps ». Le chef de l’État a assuré vouloir « construire ensemble et dans la sérénité, l’avenir de la Guyane » grâce au plan d’urgence de plus d’un milliard d’euros et des accords sectoriels visant à faciliter le développement de certaines professions.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.