Plus un pas en arrière

Les misérables procédés des médias dominants, loin de défaire l’extrême droite, la servent à merveille.

Intéressons-nous maintenant aux éditocrates (et autres publicistes), mélangé(e)s de nombre d’élu(e)s (et autres politicien[ne]s), qui viennent de consacrer beaucoup de leur temps, durant les quinze derniers jours, à scander que Jean-Luc Mélenchon, en refusant d’appeler clairement et distinctement à voter contre l’extrême droite au second tour de l’élection présidentielle [1], a « fait le jeu » du Front national. Et demandons-nous si ces rudes sermonneurs vont désormais passer de cette ponctuelle…

Il reste 85% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents