SNCF : Chibanis en appel

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Obtiendront-ils gain de cause ? La cour d’appel de Paris examine les 15 et 16 mai le dossier de 800 chibanis (littéralement « cheveux blancs », en arabe), des cheminots de nationalité ou d’origine marocaine qui poursuivent la SNCF pour discrimination durant leur carrière. D’abord condamné à verser 170 millions d’euros de dommages et intérêts, en 2015, le groupe ferroviaire avait fait appel.

Parmi ces « déclassés de la SNCF », certains cheminots sont en procédure depuis plus de quinze ans. Le verdict est attendu pour 2018. La peine pourrait être plus lourde pour la SNCF, qui a cantonné aux plus bas niveaux de qualification et de salaire ces « indigènes du rail », alors en CDI, mais employés sans jamais bénéficier du statut particulier des cheminots, ainsi pénalisés à l’heure de la retraite.

À lire aussi >> Les « chibanis » de la SNCF enfin reconnus


Haut de page

Voir aussi

Décolonisation inachevée

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents