Dossier : Le PS est mort, vive la gauche !

Le PS est mort, vive la gauche !

Le Parti socialiste peut-il survivre à sa débâcle électorale ? Sans chef ni projet, les militants socialistes sont aujourd'hui face à une page blanche.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le Parti socialiste, refondé à Épinay en 1971, peut-il survivre à sa débâcle électorale ? C’est la question que se posent, en ce début d’été, les dirigeants et militants de ce parti. Manuel Valls et Benoît Hamon, en choisissant l’un et l’autre, à quelques jours d’intervalle, de le quitter définitivement, y ont répondu négativement. Si l’ancien Premier ministre a choisi de tourner le dos à la gauche en s’apparentant à La République en marche, le gagnant de la primaire ambitionne, lui, de « refaire la gauche ». Avec tous ceux qui ont cru à sa campagne, dont les écologistes, toutefois un brin circonspects, sa reconquête vise prioritairement à se déployer dans les trois régions où le PS a disparu lors des dernières élections, notamment les Hauts-de-France, où ses partisans nous ont confié leur désarroi.

En l’absence de ces deux-là et des deux autres candidats socialistes à la primaire de ce début d’année, Arnaud Montebourg reconverti (définitivement ?) dans le privé et Vincent Peillon sans activité militante connue, les socialistes sont face à une page blanche. Sans chef ni projet. Avec des moyens financiers et humains en chute libre. Leur conseil national, qui se réunit samedi 8 juillet, va tenter de reconstruire le PS à partir de lui-même. En commençant par installer une direction provisoire collective pour remplacer Jean-Christophe Cambadélis, démissionnaire du poste de Premier secrétaire, jusqu’au prochain congrès, repoussé au premier semestre 2018. Mais ce dernier ne serait, murmure-t-on à Solferino, qu’un congrès de transition avant un nouvel Épinay vers 2020. Si tout va bien…

À lire dans ce dossier :

• PS : une décomposition inachevée

• EELV avec Hamon… entre autres

• PS : Le Nord frappé par l’ouragan « dégagiste »


Haut de page

Voir aussi

Articles récents