Économie sociale : « Donner de la liberté à l’initiative citoyenne »

Nommé haut-commissaire à l’Économie sociale et solidaire dans un contexte d’inquiétude pour le secteur associatif, Christophe Itier défend sans complexe une vision entrepreneuriale de l’action sociale.

C’est un petit nouveau dans les hautes sphères du pouvoir, et ça se voit. Pas encore de fiche Wikipédia sur Internet et, dans son modeste bureau hébergé par le ministère de Nicolas Hulot, où il a emménagé trois jours plus tôt, Christophe Itier, fraîchement nommé haut-commissaire à l’Économie sociale et solidaire, reçoit sans manières : celui qui assure être imperméable aux attributs clinquants du pouvoir sert le café lui-même et, au lieu de demander à relire l’entretien qu’il nous a accordé, s’inquiète…

Il reste 95% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents