« Kiss & Cry » : Trajectoire glissante

Kiss & Cry montre une jeune patineuse hésitante face aux exigences

de la haute compétition.

Plan d’ouverture de Kiss & Cry : des patineuses, adolescentes et fillettes, chantent « La Marseillaise », sourire aux lèvres, au terme d’une compétition. Ce sont les seules images de joie liées au sport que l’on verra dans le film, où la fiction s’inscrit dans un fort substrat documentaire. Les réalisatrices, Lila Pinell et Chloé Mahieu, ont pour personnage principal Sarah (Sarah Bramms), 15 ans, dont la vie est censée s’articuler autour du patinage artistique. Ses parents ont déménagé dans cette…

Il reste 74% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents