« Une société civile corse vivante et ouverte »

André Paccou analyse la situation démocratique dans l’île, trois ans après l’arrêt des actions clandestines.

Militant historique de la défense des droits de l’homme en Corse, André Paccou présente ici les problèmes les plus aigus auxquels doit faire face la société civile, mais aussi les récents acquis obtenus, notamment la question de la paix, qui semble bien installée depuis la fin des actions armées annoncée par le FLNC en 2014. La paix est-elle bien ancrée aujourd’hui en Corse ? André Paccou : Si l’on en juge par le fait qu’il n’y a plus d’attentats ni d’activités clandestines dans l’île, on peut dire en…

Il reste 90% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents