Dossier : Sauver l'hôpital : Le cri d'alarme des soignants

Sauver l'hôpital : Le cri d’alarme des soignants

Toute une communauté médicale se mobilise contre la logique financière et pour la réorganisation du système de santé.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Tout le monde y passe. À l’hôpital, on naît, on meurt. On y soigne une conjonctivite aiguë, une bronchiolite, un accident de la route, un cancer, un AVC… On y travaille aussi. Beaucoup. De plus en plus. Et avec le sentiment de faire de moins en moins bien. Les contraintes budgétaires sont telles que les personnels, convertis en soldats de la logique gestionnaire à l’œuvre depuis trente ans, passent de moins en moins de temps auprès des patients. Ils prennent le risque de commettre des erreurs ou de se blesser et perdent le sens de leur travail.

Cette souffrance psychologique s’ajoute à la surcharge et entraîne des situations critiques qui peuvent virer au burn-out, voire au suicide. Le 2 novembre, un jeune neurochirurgien a été retrouvé mort au bloc opératoire de l’hôpital Michallon, à Grenoble. Le 8 janvier, une aide-soignante du service de médecine nucléaire du CHU Pierre-Paul-Riquet de Toulouse s’est donné la mort sur son lieu de travail. Le 10 janvier, un infirmier de l’hôpital de Denain s’est pendu à son domicile après une réunion avec sa direction. Les drames se multiplient. Des praticiens démissionnent, aux urgences ou en psychiatrie, là où 15 000 lits ont été supprimés.

Le 15 janvier, une lettre, « Hôpital public : urgence ! », a été adressée à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, cosignée par plus de mille médecins et cadres de santé, lesquels représentent aussi leurs équipes. Toute une communauté médicale se mobilise contre la logique de la tarification à l’activité (T2A), qui alourdit la charge de travail et accélère les cadences sans logique médicale. Le financement n’est pas seul en cause, c’est la réorganisation du système de santé que réclame cette communauté médicale, avec la volonté de participer à la refonte, propositions à l’appui.

À lire dans ce dossier :

Professeur André Grimaldi : « À l'hôpital, ce qu’on avait prédit est en train d’arriver »

Hôpital : « Entre le marteau et l’enclume »

Souffrance professionnelle à l'hôpital : les remèdes des soignants


Haut de page

Voir aussi

Articles récents