Dossier : L'Europe sous la pression de l'extrême droite

En Allemagne, consultation sous influence

Les sociaux-démocrates décideront le 4 mars de reconduire ou non l’alliance avec le parti d’Angela Merkel. Enjeu : éviter de nouvelles législatives qui profiteraient à l’extrême droite.

Plus de cinq mois après les dernières élections législatives, l’Allemagne n’a toujours pas de gouvernement. Depuis septembre, le Bundestag compte aussi un parti d’extrême droite en son sein, l’AfD, qui y a fait une entrée fracassante avec 92 députés (sur 709), bien plus que la gauche (Die Linke, 69 sièges) et les écologistes (Grünen, 67). Une première depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. C’est dans ce contexte inédit que les quelque 450 000 adhérents du Parti social-démocrate (SPD) votent, jusqu’au…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents