« L’Île aux chiens », de Wes Anderson : Solidarités canines

Dans L’Île aux chiens, Wes Anderson figure un Japon postcapitaliste où des chiens et des enfants luttent contre l’inhumanité d’un pouvoir autoritaire. Un film à la fois drôle et splendide.

Combien d’histoires de chiens et d’humains n’a-t-on pas racontées au cinéma ? Wes Anderson, le réalisateur de La Vie aquatique (2004) et de The Grand Budapest Hotel (2014), s’y colle, et cela donne un film hors du commun, à la fois réjouissant, splendide plastiquement et aux résonances politiques innombrables. Un film réalisé en stop motion avec des marionnettes étonnamment expressives, mais dont l’excellence technique ne bluffe pas au point de réduire L’Île aux chiens à une performance d’animation – ce…

Il reste 88% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents