Décolonisation inachevée

À Mayotte, en Nouvelle-Calédonie ou en Polynésie, quelle place réserve la France de la Déclaration des droits de l’homme à une culture injustement méprisée pendant plus d’un siècle, qui aspire à la reconnaissance et à l’égalité ?

Gilles Wullus  • 23 mai 2018
Partager :
Décolonisation inachevée
© photo : Le 5 mai, Emmanuel Macron assiste à une cérémonie traditionnelle à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie.Ludovic MARIN / AFP

En visite dans l’océan Indien le 15 mai, la ministre des Outre-Mer, Annick Girardin, après avoir annoncé un plan d’aide de 1,3 milliard d’euros – parce que « Mayotte manque de tout » –, concluait son speech par une question qui, dans son esprit, devait peut-être relativiser la dépense : « Quel rôle pour Mayotte dans l’axe indo-pacifique que le président de la République appelle de ses vœux ? » Car, quand l’État investit dans une de ses dépendances d’outre-mer, c’est aussi pour la « grandeur » de la France. C’est une évidence dans l’esprit de cette ministre, quand bien même elle n’a encore aucune réponse à sa propre question.

© Politis

Si la France a aussi longtemps défendu son pré carré polynésien, c’est parce que ses atolls paradisiaques servaient aux essais nucléaires, comme le rappelle le député indépendantiste Moetai Brotherson. Ceux-ci étant révolus, qu’adviendra-t-il de ce territoire des antipodes maintenu dans la dépendance économique ?

Quant à la Nouvelle-Calédonie, elle hérite d’une histoire qui rappelle celle de l’Algérie : un peuple autochtone, les Kanaks, spolié aux XIXe et XXe siècles au profit d’une immigration européenne, mais qui représente aujourd’hui une part équivalente de la population de l’archipel. Si les accords de Matignon ont, depuis trente ans, apaisé les tensions qui avaient débouché sur une quasi-guerre civile et commencé à réduire les inégalités, la question demeure : quelle place réserve la France de la Déclaration des droits de l’homme à une culture injustement méprisée pendant plus d’un siècle, qui aspire à la reconnaissance et à l’égalité ?

À lire dans ce dossier :

Pour Mayotte, l’assimilation au prix fort

« En Polynésie, la souveraineté politique est envisageable »

Le combat des Kanaks pour l’égalité

Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 

Le maire communiste de Montreuil alerte sur la possibilité de l’arrivée du Rassemblement national au pouvoir, ce qui créerait, selon lui, un « nouveau système politique » auquel « les maires seront les premiers confrontés ». L’édile de Seine-Saint-Denis en appelle à toutes les gauches en vue de la prochaine élection présidentielle pour sortir de la minorité.
Par Lucas Sarafian
Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »

La directrice de l’Observatoire géopolitique de l’Indo-Pacifique à l’Institut de relations internationales et stratégiques, Marianne Péron-Doise, revient sur les enjeux régionaux de la crise calédonienne.
Par Patrick Piro
« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »
Nouvelle-Calédonie 21 mai 2024 abonné·es

« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »

Le gouvernement porte la responsabilité des violences en Nouvelle-Calédonie, accuse Dominique Fochi, secrétaire générale de l’Union calédonienne, principal parti indépendantiste du pays.
Par Patrick Piro
« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »

La tête de liste des Écologistes tente de défendre ses propositions proeuropéennes, comme le fonds de souveraineté écologique ou le droit de veto social. Et dénonce l’extrême droite de Jordan Bardella.
Par Vanina Delmas