Une militante d'Attac en procès face à BNP Paribas

Nicole Briend doit être jugée ce jeudi 7 juin à Carpentras (Vaucluse) pour la réquisition de trois chaises dans une agence bancaire.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Q ui vole dans cette affaire ? » s'interrogent, indignés, les membres d'Attac France. L'association, qui fête ses 20 ans, a invité les citoyens à venir nombreux se mobiliser dans les rues de Carpentras ce jeudi. Le tribunal de grande instance de la ville doit juger la militante Nicole Briend, poursuivie pour « vol en réunion » et « refus de prélèvement ADN ».

Les faits remontent à mars 2016. Ancienne proviseure de lycée, impliquée dans le milieu associatif, la septuagénaire participe à une action de « fauchage de chaises » dans l'agence BNP Paribas de Carpentras. Trois sièges – depuis rendus au Trésor public – sont réquisitionnés. Un acte symbolique qui vise à mettre en lumière les pratiques fiscales de l'entreprise, plusieurs fois épinglée pour ses agissements – Le Livre noir des banques (Attac & Basta!, Les Liens qui libèrent) avance le chiffre de 6,7 milliards d'euros d'amendes et sanctions entre 2010 et 2015. En France, l'ensemble du manque à gagner pour l'État dû à l'évasion fiscale est estimé à au moins 60 milliards d'euros par an.

À lire aussi >> Geneviève Azam : « Il ne faut pas séparer la pensée et l’action »

Prévu le 6 février, le procès de Nicole Briend a été reporté à ce jeudi. Lancé par Attac France, l'appel pour sa relaxe vient d'atteindre les 15 000 signatures. Ses soutiens sont invités à se rassembler à partir de midi à Carpentras, place de la mairie. Philippe Poutou (NPA), Liêm Hoang-Ngoc (La France insoumise) ou encore Sandra Regol (EELV) y sont attendus pour partager un repas, débattre et manifester avec les citoyens présents. Au tribunal, des militants se chargeront de relayer le déroulé du procès. À sa sortie, prévue vers 16h30, Nicole Briend annoncera la réquisition du procureur.

Attac voit dans cette action en justice une tentative de « [les] bâillonner et [les] empêcher de mener de nouvelles actions citoyennes pour dénoncer l’évasion fiscale des multinationales ». BNP Paribas n'en est pas à son premier procès contre les « faucheurs de chaises ». En janvier 2017, Jon Palais, militant de l'association Bizi, avait été relaxé à Dax. Mais le 6 juin, il y a presque un an jour pour jour, le président des Amis de la Terre, Florent Compain, écopait de 500 euros d'amende devant le tribunal de Bar-le-Duc. Nicole Briend risque jusqu'à cinq ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.