Double deuil à Istanbul

Entre autofiction et enquête, Valérie Manteau part dans Le Sillon sur les traces de Hrant Dink, journaliste arménien de Turquie assassiné en 2007.

C’est l’amour qui, en 2013, la pousse à quitter Paris pour Istanbul. C’est du moins ce que dit la narratrice dans les premières pages du Sillon, second roman de Valérie Manteau, à qui elle ressemble étrangement. Très vite pourtant, ses errances à travers la ville prennent une autre direction. Dans le pays qui, selon Amin Maalouf, dont elle rapporte les mots, « s’est détourné de son passé ottoman et a renoncé à sa primauté au sein du monde musulman pour s’identifier à ­l’Europe », Paris lui revient, via un événement qui était surtout au centre du premier livre de Valérie Manteau, Calme et tranquille (1) : l’attaque de ­Charlie Hebdo, où l’auteure a été journaliste de 2008 à 2013. Atteinte par l’« intranquillité turque », elle convoque mythes, histoire, littérature et expérience personnelle pour tenter de comprendre ce qui arrive à la France et à la Turquie. Et, de là, au monde.

Dans son errance urbaine, sentimentale et intellectuelle, la jeune femme rencontre un homme dont elle n’avait jamais entendu parler auparavant. Soit Hrant Dink, « le créateur du premier journal bilingue turc-arménien “Agos”, charismatique et infatigable promoteur de la paix, assassiné par un nationaliste en pleine rue à Istanbul en 2007 », lui apprend son amant, qui s’éloigne d’elle au fur et à mesure qu’elle s’enfonce dans la ville. Dans le « sillon » – agos en arménien – laissé par le défunt, devenu un symbole fédérateur pour la société civile engagée dans un combat pacifiste pour la démocratie, sur la place Taksim en 2010, et après, de manière plus discrète. Le Sillon est donc le récit labyrinthique de deux deuils davantage liés qu’il n’y paraît d’abord : celui de la relation amoureuse et celui du journaliste, sur les traces duquel part la narratrice.

Il reste 45% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents