Double deuil à Istanbul

Entre autofiction et enquête, Valérie Manteau part dans _Le Sillon_ sur les traces de Hrant Dink, journaliste arménien de Turquie assassiné en 2007.

Anaïs Heluin  • 29 août 2018 abonné·es
Double deuil à Istanbul
© photo : Sigolène Vinson/Tripode

C’est l’amour qui, en 2013, la pousse à quitter Paris pour Istanbul. C’est du moins ce que dit la narratrice dans les premières pages du Sillon, second roman de Valérie Manteau, à qui elle ressemble étrangement. Très vite pourtant, ses errances à travers la ville prennent une autre direction. Dans le pays qui, selon Amin Maalouf, dont elle rapporte les mots, « s’est détourné de son passé ottoman et a renoncé à sa primauté au sein du monde musulman pour s’identifier à ­l’Europe », Paris lui revient, via un événement qui était surtout au centre du premier

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 3 minutes