Bombes chimiques à retardement

Insecticides, herbicides, fongicides… la gamme des molécules qui inondent l’agriculture s’étend d’année en année.

Avant de gagner la guerre, il faut bien connaître son ennemi. Concernant les pesticides de synthèse, il faut parler au pluriel car ils regroupent aussi bien les insecticides que les herbicides et les fongicides (contre les champignons), mais aussi des catégories moins connues comme les corvicides (contre les corbeaux) et les rodonticides (contre les rongeurs)… Souvent englobés sous le nom faussement rassurant de « produits phytosanitaires », leur dangerosité pour l’homme, la faune, la flore se révèle au fil des années, et des scandales. Le chlordécone par exemple, cet insecticide qui fut utilisé massivement dans les bananeraies, empoisonnera le sol des Antilles pendant encore 600 à 700 ans !

Éliminer les « indésirables » et « protéger » les cultures. Telles étaient les missions attribuées aux pesticides après 1945, notamment dans les champs afin d’assurer les récoltes. Ils sont devenus des piliers de l’agriculture intensive. Une vision sur le court terme désormais égratignée par l’éclosion des scandales sanitaires, la disparition de la biodiversité et l’appauvrissement des sols.

À lire aussi >> Zéro pesticide, urgence vitale

Malgré les multiples plans de réduction de l’utilisation des pesticides depuis le Grenelle de l’environnement (lire ici), la France reste encore très dépendante aux pesticides. Selon les données d’Eurostat, 66 000 tonnes de pesticides ont été consommées en 2016, soit environ 10 000 de plus qu’en 2011. Autre statistique plus parlante : 1,1 kg de pesticides par hectare de surface agricole utile, classant l’Hexagone au 9e rang européen.

Le débat houleux autour du glyphosate, la substance active du célèbre Roundup vendu par Monsanto, a permis de mettre la lumière sur ces problématiques tout en monopolisant un peu l’attention. Mais d’autres substances se sont révélées fatales, comme les néonicotinoïdes pour les abeilles. Leur particularité : ils sont utilisés en prévention car ils enrobent directement la semence, et se propagent donc dans toute la plante. Le système nerveux central des abeilles est touché dès qu’elles jouent leur rôle d’insecte pollinisateur, et cela, sur plusieurs générations car ces molécules restent des années dans le sol ou l’eau. L’une des trois substances actives interdites depuis le 1er septembre est l’imidaclopride, composant le Gaucho. La lutte des apiculteurs contre ce pesticide fabriqué par Bayer a connu de nombreux soubresauts : sa mise sur le marché a été interdite en 2004 mais seulement pour l’usage « traitement des semences de maïs ». Même processus pour le Cruiser, l’Actara, le Poncho…

À lire aussi >> Fabrice Nicolino : « Pour un soulèvement pacifique »

Il reste 42% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents