Réveillons les wagons-lits !

Démantelés face à la concurrence du TGV et de l’aviation low cost, les trains de nuit reviennent au goût du jour en Europe dans le cadre de la lutte contre le changement climatique.

Marion Dugrenier  • 12 juin 2019 abonné·es
Réveillons les wagons-lits !
© photo : Un compartiment du Nightjet autrichien.crédit : ALEX HALADA/AFP

Le Train bleu, la Palombe bleue et l’Océan-Riviera ne sont plus. Pas assez rentables, trop lents, vétustes, supprimés un à un : les trains de nuit ne seraient plus compatibles avec l’époque. En France, seules deux lignes ont survécu aux années, et surtout à la concurrence de la grande vitesse et de l’aérien low cost. Chaque soir, sur les quais autrement déserts de la gare d’Austerlitz à Paris, les derniers voyageurs de la journée se hâtent de rejoindre leur couchette. Destination Briançon (Hautes-Alpes), Rodez (Aveyron) ou Latour-de-Carol (Pyrénées-Orientales). Avec leurs bagages volumineux, vélos, grappins, oreillers cervicaux et provisions pour la nuit, les noctambules se distinguent surtout des autres voyageurs par leur sérénité.

Pour Elena et son groupe de copains, originaires de Berlin, ce sera escalade dans les Alpes. Prendre l’avion ? « Ce n’était même pas une option : ce n’est pas du tout écolo. » Les Rémoises Aurélie et Aline, elles, ont opté pour un week-end de randonnée dans les Pyrénées : en témoignent les bâtons de marche qui dépassent de leurs sacs à dos. « Sans train de nuit, nous n’y serions pas allées. Il aurait fallu rouler toute la journée, payer des péages de malade, prendre une nuit d’hôtel et un jour de congé supplémentaire… Là, c’est pratique et moins cher : après une journée de boulot, le train de nuit nous dépose en bas des pistes demain matin, fraîches et en forme pour une journée de marche ! » Si les deux trentenaires sont encore novices, à l’exception d’un lointain souvenir de classe de neige, Florian est un habitué. « À une époque, j’utilisais le train de nuit pour aller travailler dans le Pays basque. Depuis, la liaison a été supprimée. »

Un service négligé… donc déficitaire

Hiver 1886 : le Train bleu, en référence à la couleur de ses wagons, relie pour la première fois Calais à Rome en passant par Paris et la Côte d’Azur. Près d’un siècle plus tard, les trains de nuit français connaissent leur âge d’or : dans les années 1970, ils transportent pas moins de 16 % de l’ensemble des voyageurs. Coup de frein en 1981 : locomotives bleu nuit et wagons-lits sont mis en sommeil par le déferlement du train à grande vitesse (TGV). Depuis, la fréquentation dégringole (3 % des usagers de la SNCF en 2016) à mesure que les lignes sont démantelées. Après cent vingt ans de bons et loyaux

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société Économie
Temps de lecture : 13 minutes

Pour aller plus loin…

Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta
Enquête 28 février 2024 abonné·es

Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta

Si les politiques publiques contre le harcèlement scolaire ont été renforcées, celles contre les agressions entre élèves demeurent confidentielles. Elles laissent les personnels dépourvus de cadre et les victimes souvent seules face à leur traumatisme.
Par Pierre Jequier-Zalc
« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »
Entretien 28 février 2024 abonné·es

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »

Dans son livre Les Choses sérieuses, la sociologue Isabelle Clair enquête sur les amours adolescentes et examine la manière dont filles et garçons entrent en relation.
Par Hugo Boursier
Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet
SNU 27 février 2024

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet

Dans une publication sur X (ex-Twitter) de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Hérault, rapidement supprimée, des jeunes volontaires du SNU célébraient leur fin de séjour de cohésion par une chorégraphie au son d’un gospel. L’an dernier, dans ce centre, un intervenant extérieur a appris à des jeunes à tirer au pistolet.
Par Hugo Boursier
À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier