Covid-19 : Contre la crise sociale, l’Argentine taxe ses ultrariches

3,1 milliards d’euros seront ponctionnés sur les 12 000 contribuables les plus riches.

Politis  • 9 décembre 2020
Partager :
Covid-19 : Contre la crise sociale, l’Argentine taxe ses ultrariches
© Le président argentin, Alberto Fernandez, en octobre 2020.Créddit : Maximiliano LUNA / TELAM / AFP

Même la catastrophe sociale qui s’abat sur la France n’a pas convaincu Emmanuel Macron de rétablir l’impôt de solidarité sur la fortune, supprimé dès le début du quinquennat. Un pays pourtant a choisi de taxer ses grandes fortunes pour affronter la crise du Covid-19, l’Argentine, qui n’est pourtant pas gouverné par des gauchistes ou des bolcheviks, mais par les très centristes péronistes.

3,1 milliards d’euros seront donc ponctionnés sur les 12 000 contribuables les plus riches (0,02 % de la population), ceux dont la fortune dépasse les 2 millions d’euros, qui sont souvent des gros producteurs agricoles. « Projet confiscatoire qui instaure une double imposition », ont évidemment hurlé la droite et le patronat, quand bien même ce prélèvement exceptionnel ne représentera que 1 % des recettes fiscales de l’État.

Dans ce pays très inégalitaire, les plus fortuné·es n’ont guère d’égards pour les 44 % de leurs compatriotes qui vivent sous le seuil de pauvreté, car la pandémie – 39 000 morts, 1,5 million de personnes contaminées – a frappé de plein fouet l’économie, qui était en crise depuis 2018 et la fin catastrophique du mandat du président de droite Mauricio Macri. L’équipe au pouvoir entend utiliser ces recettes pour financer des aides sociales, des équipements médicaux pour lutter contre le Covid-19, des bourses pour les étudiant·es et des subventions aux PME. Et consacrer un quart au développement du gaz naturel, pour relancer la croissance, qui devrait plonger de presque 11 % cette année. Si l’Argentine est le premier pays à mettre en place cette contribution des plus riches à l’effort collectif, d’autres pays y réfléchissent. Mais aucun projet de ce type dans les tiroirs de l’équipe Macron.

Monde
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

En Sicile, les damnés de la serre
Italie 10 avril 2024 abonné·es

En Sicile, les damnés de la serre

Dans l’une des plus grandes concentrations de serres d’Europe, les abus sont légion. Ces dernières années, le racket des ouvriers tunisiens venus avec un visa s’est généralisé.  
Par Augustin Campos
La gauche grecque, du pouvoir à la marginalisation
Monde 3 avril 2024 abonné·es

La gauche grecque, du pouvoir à la marginalisation

Avec l’arrivée au pouvoir d’Alexis Tsipras en 2015, le pays devait faire figure de modèle pour les gauches radicales d’Europe. Près de dix ans plus tard, Syriza cumule les échecs électoraux et les espoirs se sont éteints.
Par Angélique Kourounis
Turquie : « J’ai vécu un remake de l’affaire Dreyfus »
Monde 27 mars 2024 abonné·es

Turquie : « J’ai vécu un remake de l’affaire Dreyfus »

La quasi-totalité des édiles du Parti démocratique des peuples élus en 2019 ont été destitués par le régime turc au bout de quelques mois. C’est le cas d’Adnan Selçuk Mızraklı, porté à la tête de Diyarbakır avec 63 % des voix, qui depuis est en prison. Nous sommes parvenus à établir avec lui une correspondance écrite clandestine.
Par Laurent Perpigna Iban
À Jérusalem-Est, un ramadan sous pression
Monde 20 mars 2024 abonné·es

À Jérusalem-Est, un ramadan sous pression

En Palestine occupée, le mois saint de l’islam cristallise les tensions alors que les Palestiniens font face à de nombreuses restrictions de l’accès au mont du temple et à la mosquée Al-Aqsa. Elles illustrent le régime légal que des organisations de défense des droits humains qualifient d’apartheid. 
Par Philippe Pernot