Primaire populaire : un projet passable mais un résultat insuffisant

Le processus d’investiture pour la présidentielle remporté par Christiane Taubira est rejeté par les partis de gauche.

Patrick Piro  • 1 février 2022 abonné·es
Primaire populaire : un projet passable mais un résultat insuffisant
Christiane Taubira signe la charte d’engagement de la Primaire populaire, à l’issue des résultats, le 30 janvier.
© Corinne Simon/Hans Lucas/AFP

Drôle de soirée « électorale », dimanche soir. La Primaire populaire a livré son résultat vers 19 h 15, avec quarante minutes de retard, dans une ambiance de pièce de théâtre scolaire et dénuée de l’émotion propre à l’incertitude des scrutins. Car, sans surprise, « la personne arrivée en tête est Mme Christiane Taubira », annonce Clara Gérard-Rodriguez, présidente de la haute autorité de contrôle du vote. L’ex-ministre de la Justice de François Hollande est donc intronisée par la Primaire populaire, qui soutiendra sa candidature à l’élection présidentielle et participera activement, « dès demain », à sa campagne. Parmi les sept personnalités en lice, elle a obtenu la meilleure mention (« bien plus ») à l’issue du « jugement majoritaire » exercé en ligne par 392 738 votant·es (84,1 % des 466 895 inscrit·es) (voir encadré). Suivent Yannick Jadot (« assez bien plus »), Jean-Luc Mélenchon (« assez bien moins »), Pierre Larrouturou (« passable plus »), Anne Hidalgo (« passable plus »), Charlotte Marchandise (« passable moins ») et Anna Agueb-Porterie (« insuffisant »).

L’idée de cette Primaire populaire est née il y a un an avec la création de l’association 2022 ou jamais. Réunissant des entrepreneurs « sociaux » et des militants, elle veut pousser à l’émergence

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?
Politique 23 février 2024

Génération·s : derrière la crise, la main de LFI ?

Le petit parti fondé par Benoît Hamon, tiraillé entre plusieurs options pour les européennes, vient de désapprouver ses deux dirigeants nationaux, Léa Filoche et Arash Saeidi. Des membres les accusent d’avoir tenté un « coup de force ».
Par Lucas Sarafian
Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian