Biodiversité saccagée en Guyane, bluff à l’Élysée

Pendant qu’un projet de centrale électrique de 75 hectares en Guyane menace le parc naturel régional, Emmanuel Macron a endossé son costume de fanfaron de l’écologie pour un exercice d’autosatisfecit habituel.

Politis  • 16 novembre 2022
Partager :
Biodiversité saccagée en Guyane, bluff à l’Élysée
© Photo : compte Twitter officiel d'Emmanuel Macron.

La colère des habitants du village Prospérité, à 10 kilomètres de Saint-Laurent-du-Maroni, ne cesse de grandir, mais passe malheureusement inaperçue. Depuis plusieurs mois, les Amérindiens Kali’na s’opposent à l’implantation de la centrale électrique de l’Ouest guyanais (CEOG) au cœur de la forêt, et à proximité de leurs habitations.

Ce projet, porté par la société Hydrogène de France, est promu comme « innovant » et « non polluant » car il mêlerait un parc photovoltaïque et une unité de stockage massif d’énergie sous forme d’hydrogène. L’objectif affiché : fournir en électricité l’équivalent de 10 000 foyers de l’ouest de la Guyane.

Selon le Groupe national de surveillance des arbres et son fondateur Thomas Brail, « ce projet a déjà de graves conséquences environnementales sur le parc naturel régional de Guyane, 15 hectares de forêt ayant été d’ores et déjà dévastés sur les 75 hectares nécessaires pour la construction de cette centrale », sans compter l’impact sur la biodiversité, avec la disparition de plus de 150 espèces, ni « l’impact social inadmissible sur les droits fondamentaux des premières nations que la France s’est pourtant engagée à respecter ».

Fanfaron de l’écologie

© Politis

Pendant ce temps, Emmanuel Macron a remis son costume de fanfaron de l’écologie. D’abord à Charm El-Cheikh lors de la COP 27, avec de grandes promesses sur la biodiversité, la préservation des fonds marins, le développement des énergies renouvelables – et du nucléaire, bien sûr – ainsi que sur la solidarité financière avec les pays les plus vulnérables.

Lire aussi > « Emmanuel Macron intoxique le débat climatique »

En parallèle, il a tenté de défendre son bilan écolo en répondant à des questions posées sur Twitter, dans une vidéo montée à la façon des youtubeurs. Sans sourciller, il a balayé d’un revers de main les condamnations de l’État pour inaction climatique, se vantant de la création de 22 000 kilomètres de pistes cyclables et de l’élimination des bouteilles en plastique à l’Élysée.

En résumé : du réchauffé, des mensonges et un grand malaise.

Écologie
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Total au tribunal : la fin de l’impunité ?
Luttes • 8 décembre 2022

Total au tribunal : la fin de l’impunité ?

L’action en justice lancée par six associations contre le projet pétrolier de Total en Ouganda et en Tanzanie a abouti, mercredi 7 décembre, à une audience au tribunal judiciaire de Paris. La multinationale française est jugée pour avoir manqué à son devoir de vigilance. Une première.
Par Rose-Amélie Bécel
Une lutte électrique en Guyane française
Luttes • 7 décembre 2022 abonné·es

Une lutte électrique en Guyane française

Le peuple kali’na se bat contre l’installation d’une centrale dans le village amérindien Prospérité. Une délégation est venue à Paris pour tenter de trouver des soutiens politiques à l’Assemblée nationale.
Par Vanina Delmas
Bretagne : après le feu, ramener la vie
Reportage • 30 novembre 2022 abonné·es

Bretagne : après le feu, ramener la vie

2 200 hectares sont partis en fumée dans les monts d’Arrée cet été. Depuis la rentrée, un comité constitué d’autorités, d’organisations et d’habitants se penche sur les solutions pour remettre les landes en état et prévenir de futurs incendies.
Par Mathilde Doiezie
Batteries électriques : les forçats du « cobalt de sang » congolais
Pollution • 16 novembre 2022 abonné·es

Batteries électriques : les forçats du « cobalt de sang » congolais

Essentiel à la conception de nos batteries, ce minerai provient aux deux tiers des sous-sols de la République démocratique du Congo. Entre corruption, exploitation, meurtres et concentration dans les mains de la Chine, sa production pose d’urgentes questions éthiques.
Par Théophile Simon