« L’écologie est une bataille collective, systémique et anticapitaliste »

Depuis 2018, la jeune militante Léna Lazare réfléchit aux stratégies pour faire vaciller la politique néolibérale et antiécologique des macronistes. Et s’en prend aux « technosolutionnistes ». Un regard lucide et radical jamais hors sol.

Vanina Delmas  • 25 janvier 2023 abonné·es
« L’écologie est une bataille collective, systémique et anticapitaliste »
© Maxime Sirvins

Depuis quelques mois, vous êtes au cœur de la lutte contre les mégabassines dans le Marais poitevin. Pourquoi est-ce devenu une lutte emblématique ?

Léna Lazare : À l’été 2021, le collectif « Bassines non merci » est intervenu lors d’une rencontre des Soulèvements de la terre car il souhaitait que la lutte contre les mégabassines dans les Deux-Sèvres prenne de l’ampleur. La Confédération paysanne a tout de suite voulu s’impliquer dans cette campagne, et nous avons organisé une première série d’actions d’intrusion sur un chantier dès le mois de septembre.

Ces mégabassines sont des cratères en plastique de plusieurs hectares, des ouvrages qui pompent énormément d’eau dans les nappes phréatiques l’hiver pour que les exploitants agricoles qui les construisent puissent irriguer pendant l’été. Ils parlent de « réserves de substitution » et pensent que, sans ce système, l’eau de l’hiver serait « perdue ».

C’est une méconnaissance totale du cycle de l’eau et du vivant : tout milieu naturel a besoin de cette eau, notamment une zone humide comme le Marais poitevin, et c’est encore plus précieux dans un contexte de dérèglement climatique. Se battre contre les mégabassines, c’est mener un combat pour que l’eau reste un commun et pour enrayer un nouvel outil qui servira l’agro-industrie.

Pourquoi ?

Nos adversaires ont argué que c’était de l’agribashing, une lutte de militants écolo-urbains face aux agriculteurs. Or ce système de mégabassines ne sert qu’à mettre sous perfusion une agriculture intensive, antiécologique et qui assèche les sols. Ça ne profite qu’à un petit nombre d’exploitants : le projet de seize mégabassines sur le bassin de la Sèvre niortaise ne concerne que 6 % des agriculteurs.

Il y a encore très peu de mégabassines en France – contrairement à l’Espagne, par exemple – mais nous sommes dans une période d’accélération de ce genre de projets. Des protocoles publics sont discutés, dont l’un a été signé récemment dans la Vienne. Notre mot d’ordre « Pas une bassine de plus » n’a jamais changé et nous demandons un moratoire sur l’ensemble des projets. Nous le répéterons lors de la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Grands entretiens
Temps de lecture : 12 minutes

Pour aller plus loin…

« Que manque-t-il pour voir qu’un nettoyage ethnique de l’Artsakh est en cours ? »
Monde • 1 février 2023 abonné·es

« Que manque-t-il pour voir qu’un nettoyage ethnique de l’Artsakh est en cours ? »

Depuis 2003, Hovhannès Guévorkian est la voix de la République d’Artsakh en France. Représentant officiel de cet État fondé par les Arménien·nes du Haut-Karabakh, région enclavée en Azerbaïdjan, il s’active inlassablement pour susciter un appui international à la lutte de ce peuple qui revendique son indépendance.
Par Patrick Piro
« Il y a une criminalisation de l’action politique »
Entretien • 11 janvier 2023 libéré

« Il y a une criminalisation de l’action politique »

L’avocat pénaliste Raphaël Kempf navigue de la défense d’activistes à celle de personnes accusées de terrorisme. Ardent défenseur des libertés publiques, il n’a de cesse de dénoncer la résurgence des lois « scélérates » dans notre droit moderne, mêlant justice et politique.
Par Nadia Sweeny
« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »
Entretien • 4 janvier 2023 abonné·es

« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »

Le chercheur béninois Francis Laloupo étudie depuis longtemps les enjeux géopolitiques de l’Afrique et les conflits qui y émergent, particulièrement en Afrique de l’Ouest. Cette région connaît aujourd’hui des soubresauts qui contrecarrent ses avancées vers la démocratie. L’ex-colonisateur français en porte une responsabilité non négligeable, estime le chercheur.
Par Patrick Piro
« On peut s’émerveiller du monde tout en s’inquiétant pour lui »
Entretien • 14 décembre 2022 libéré

« On peut s’émerveiller du monde tout en s’inquiétant pour lui »

La militante écosocialiste Corinne Morel Darleux, qui a déserté la sphère politique traditionnelle, invite à poursuivre la bataille culturelle pour une écologie de résistances et d’alternatives. Rencontre à l’occasion de la sortie de son livre La Sauvagière.
Par Vanina Delmas