(G)rêve général(e)

La journée de mobilisation contre la réforme des retraites du 7 mars, et les grèves féministes de ce 8 mars, mettent Emmanuel Macron sous pression. Son camp multiplie les approximations et les mensonges. La question d’une grève générale se pose.

Pierre Jacquemain  • 8 mars 2023
Partager :
(G)rêve général(e)
Manifestation contre la réforme des retraites, le 19 janvier 2023.
© Lily Chavance

La mobilisation du 7 mars se poursuit. Avec près de trois millions de manifestant·es, depuis les ronds-points occupés par les gilets jaunes jusqu’aux défilés des communes rurales et des grandes agglomérations, la contestation ne cesse de s’amplifier et de se diversifier à mesure que le gouvernement s’exprime et se justifie.

« Une réforme de gauche », prétend le ministre du Travail, Olivier Dussopt. Après avoir supplié la droite de joindre ses voix à celles de la majorité, les éléments de langage ont de quoi surprendre. Le chef des LR au Sénat, Bruno Retailleau, a d’ailleurs apprécié : « Ce n’est pas nous qui votons la réforme de M. Macron, c’est la majorité de M. Macron qui a choisi de voter notre réforme. […] Une vraie réforme de droite. »

Le président est dans l’impasse. Les tensions au sein de la majorité sont de plus en plus palpables.

Macron a fait le choix de la négociation avec la droite. Pas avec les syndicats. Les concessions faites aux LR sont pléthoriques. Si bien que l’objectif initial de la réforme, l’équilibre financier du régime de retraite, ne sera pas atteint. Pour couronner le tout, ces ingrats de Républicains pourraient ne pas être suffisamment nombreux à l’Assemblée pour que le texte soit adopté, ce qui obligerait à recourir au 49.3.

Le pire des scénarios pour Macron. Le président est dans l’impasse. Les tensions au sein de la majorité sont de plus en plus palpables. Les noms d’oiseaux fusent. Et le très probable caractère inconstitutionnel de nombreux articles du texte – Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel, est furieux – n’en finit pas de lui donner des sueurs froides.

Sur le même sujet : Retraites : retour sur une soirée de combat féministe, organisée par Politis

Pour faire diversion dans ce moment d’improvisation, la Macronie enchaîne les approximations et autres mensonges. Qu’il s’agisse des 1 200 euros de minimum retraite pour tous, pour finalement ne concerner que 10 000 à 20 000 personnes par an, ou de cette affirmation qu’ânonne la Première ministre Élisabeth Borne (qui assure, elle, « ne pas savoir si cette réforme est de gauche ou de droite ») : « Il n’y aura pas de perdantes. » Encore raté. Les femmes seront une nouvelle fois pénalisées, comme l’a admis le ministre Franck Riester lui-même.

Allons-nous continuer à parler d’hypothétiques grèves reconductibles ?

D’où l’enjeu de la bataille qui a démarré le 6 mars dernier avec la première manifestation nocturne féministe, à Paris, et se poursuit ce 8 avec la grève féministe. Et après ? La stratégie du gouvernement est ficelée. Tout va aller très vite. Et nous ? Allons-nous continuer à parler d’hypothétiques grèves reconductibles ou allons-nous, enfin, parler vrai ? Grève générale : là se situe le vrai débat ! 

Tout Politis dans votre boîte email avec nos newsletters !
Travail
Publié dans le dossier
Retraites, une bataille féministe
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Le boulanger syndicaliste, réintégré par le conseil des prud’hommes… puis re-mis à pied
Récit 24 mai 2024 abonné·es

Le boulanger syndicaliste, réintégré par le conseil des prud’hommes… puis re-mis à pied

Après avoir été licencié contre la décision de l’inspection du travail, Christian Porta, délégué syndical CGT de Neuhauser, une boulangerie industrielle, a obtenu, ce vendredi, sa réintégration. Dans la foulée, la direction de l’entreprise a annoncé entamer une nouvelle procédure de licenciement.
Par Pierre Jequier-Zalc
« Simplifier », ou comment faire un cadeau au patronat
Travail 21 mai 2024 abonné·es

« Simplifier », ou comment faire un cadeau au patronat

Sous prétexte de « rendre des heures aux Français », un rapport parlementaire s’attaque à de nombreux acquis sociaux ainsi qu’au droit du travail. Plusieurs de ses propositions pourraient être reprises dans la future loi travail promise par Gabriel Attal à l’automne.
Par Pierre Jequier-Zalc
À l’INRS, Europ Net balaie le droit du travail
Travail 6 mai 2024 abonné·es

À l’INRS, Europ Net balaie le droit du travail

La société de nettoyage est, depuis 2023, en charge du site principal de l’INRS, organisme de recherche sur la question de la santé et des risques au travail. Depuis, magouilles et entorses au code du travail s’enchaînent. Au détriment des salariés.
Par Pierre Jequier-Zalc
À Rougier & Plé, une grève et quatre convocations
Luttes 30 avril 2024 abonné·es

À Rougier & Plé, une grève et quatre convocations

Dans le célèbre magasin parisien de fournitures pour les métiers d’art, un mouvement de grève a été lancé début avril pour de meilleures conditions de travail. Dans la foulée, quatre grévistes ont été convoqués à un entretien disciplinaire. La direction nie tout lien entre les deux évènements.
Par Pierre Jequier-Zalc