Climat : la COP 28 à l’heure des comptes

Financement, sortie des énergies fossiles, bilan de l’accord de Paris… Le programme de la conférence de Dubaï, aux Émirats arabes unis, qui se tiendra du 30 novembre au 12 décembre, est déterminant pour dessiner le futur climatique des quinze prochaines années.

Vanina Delmas  • 29 novembre 2023 abonné·es
Climat : la COP 28 à l’heure des comptes
Dégâts de la tempête Daniel dans le village grec de Keramidi, en septembre 2023.
© Angelos TZORTZINIS / AFP

Chaque année, à l’approche de la Conférence sur le climat, se dessine un concours entre grands dirigeants du monde, qui rivalisent de grandes phrases et de promesses d’action. Cette année, le pape François fera une apparition quasi divine (1) à la COP 28 qui se tient à Dubaï, contrairement au président des États-Unis, qui n’a toujours pas inscrit ce rendez-vous dans son agenda. Du côté des grandes déclarations, le président brésilien a déjà annoncé qu’il proposerait la création d’un fonds destiné à préserver les forêts tropicales et Emmanuel Macron devrait présenter un texte qui incitera la communauté internationale à tripler les capacités de la production nucléaire mondiale d’ici à 2050 pour limiter le réchauffement climatique.

Quant au controversé président émirati de la COP 28, Sultan Al-Jaber, par ailleurs PDG de la compagnie pétrolière nationale d’Abou Dhabi, il a déclaré dans un entretien à l’AFP : « Tout le monde doit faire partie du processus, tout le monde doit assumer ses responsabilités et rendre des comptes. Cela inclut toutes les industries, notamment les industries très émettrices comme l’aviation, les transports, l’aluminium, le ciment, l’acier ainsi que l’industrie pétrolière

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Publié dans le dossier
Une COP 28 (très) loin du compte
Temps de lecture : 7 minutes

Pour aller plus loin…