Barbarie ordinaire et impunité en Cisjordanie

Pendant que l’on massacre à Gaza, les colons et l’armée terrorisent la population de Cisjordanie. Pour eux, le 7 octobre est une aubaine. Témoignages.

Ezra Nahmad  • 24 janvier 2024 abonné·es
Barbarie ordinaire et impunité en Cisjordanie
L’armée israélienne arrête des Palestiniens lors de l’opération qu’elle a menée à Tulkarem, en Cisjordanie, le 18 janvier.
© Issam Rimawi / ANADOLU / AFP.

En Cisjordanie les agressions des colons et de l’armée se suivent et se ressemblent, lorsqu’elles ne convergent pas. Elles relèvent des mêmes scénarios : intimidations, enlèvements, coups et blessures, fabrication de preuves à charge, pillages et destructions. Cet enfer de tous les jours n’est pas le fait de quelques individus, c’est le lot « ordinaire » d’une guerre coloniale menée depuis des décennies.

ZOOM : Pourquoi « fasciste » ?

Ce n’est pas tant l’épouvantable massacre qui se commet à Gaza qui incite à sortir du lexique politique le qualificatif infamant, que ce qui se passe en Cisjordanie dans un quasi-silence médiatique. Le fascisme ne se mesure pas au nombre de morts, mais au racisme, au mépris du droit, à l’exaltation de la force. Le droit de terroriser, de détruire et de tuer que se sont arrogé les colons israéliens en Cisjordanie, au nom d’un suprémacisme juif, y ressemble tragiquement. Certes, MM. Ben Gvir et Smotrich, les deux principaux leaders de ce mouvement, ne surgissent pas aujourd’hui, ils appartiennent à une tradition politique.

Mais quelque chose a changé qui nous rapproche du fascisme. Ils sont aujourd’hui membres du gouvernement. Ils se livrent à leurs exactions au nom de l’État et agissent en connivence avec l’armée. Et rien ni personne ne les arrête. Surtout pas Benyamin Netanyahou, homme de droite, qui n’est pas mécontent de voir ses alliés fascisants accomplir le programme qu’il n’avait jamais osé afficher publiquement : l’annexion de la Cisjordanie et l’expulsion de gré ou de force de ses habitants palestiniens. 

Denis Sieffert

Pour ce qui touche à la terreur dans le mont Hébron, au sud de la Cisjordanie, les témoignages d’une association israélienne, The Villages Group, sont précieux. Ses membres visitent les villages du mont Hébron pour maintenir des liens d’amitié et de solidarité, et fournir une aide matérielle. Voici des extraits de leurs comptes rendus. Des témoignages d’exactions qui se sont multipliées depuis le 7 octobre.

Enlèvements. Décembre 2023

Un jeune de 17 ans a été enlevé samedi vers midi à son domicile d’Umm Al Kheir. Les soldats de la « police des frontières » l’ont chargé dans une Isuzu blanche, les yeux bandés, les mains menottées derrière le dos, et sont repartis. Pourquoi ont-ils fait ça ? Simplement parce qu’il est palestinien. Sa famille a passé de longues heures à s’inquiéter, sans nouvelles. Nous [The Villages Group] avons tout essayé pour savoir où il se trouvait et avons interpellé notre avocat, Riham – en vain.

Dès que les colons déposent une plainte, elle est enregistrée comme procédure « légale » officielle.

Cette disparition ressemble à d’autres cas récents. Dimanche matin, après vingt heures d’incertitude, ce jeune a été libéré. On ne lui a rien donné à boire ni à manger pendant son enlèvement. […] Nous comprenons maintenant pourquoi nous ne pouvions pas le localiser : il ne s’agissait pas d’une arrestation officielle, mais d’un acte de sadisme délibéré à l’initiative de quelques soldats.

Nous connaissions ce garçon depuis des années, ainsi que ses frères et sœurs, car nous avons aidé la plupart d’entre eux à poursuivre leurs études. « Aujourd’hui, disent-ils, la plupart des écoles sont fermées à cause du harcèlement des colons et des soldats. Les enseignants n’ont pas été payés parce que les partis d’extrême droite qui contrôlent le gouvernement israélien n’ont pas donné à l’Autorité palestinienne les fonds [obtenus via les taxes sur les travailleurs palestiniens dans les entreprises israéliennes] qui lui reviennent. »

Sur le même sujet : Cisjordanie, la tentation de la lutte armée

J’ai reçu un appel de Y. Son village a été investi le matin – comme c’est le cas quotidiennement – par deux colons avec un quad ; ils ont photographié de près les villageois et leurs enfants. Peu de temps après, cinq colons en uniforme ont débarqué dans une camionnette. De la direction opposée, des soldats réguliers sont arrivés à pied. On ne sait pas qui avait pris l’initiative du rassemblement. Les premiers étaient grossiers et violents, les soldats étaient un peu plus posés, mais ils laissaient faire.

Deux jeunes villageois ont été battus, enchaînés ; les yeux bandés, ils ont été emmenés dans la camionnette vers une destination inconnue. L’un a été descendu du véhicule et laissé quelque part, et l’autre a été conduit dans la soirée au commissariat de police, meurtri, accusé d’avoir frappé un soldat (mensonge). Aussi ridicules que soient les accusations, dès que les colons déposent une plainte, elle est enregistrée comme procédure « légale » officielle, et nous ne pouvons rien faire. Les avocats ne peuvent pas non plus être d’une grande aide dans de tels cas. Les colons savent qu’il s’agit là d’une autre forme de harcèlement et de torture.

Vandalisme et pillage à Khalet A-Dabe’, 8 décembre 2023

Les habitants de Khalet A-Dabe’ vivaient dans des grottes jusqu’à ce qu’ils commencent à construire des maisons afin d’améliorer leur qualité de vie. J. a également construit une maison, mais elle a été démolie par l’armée. J. a reconstruit, les autorités ont encore démoli, et ainsi cinq fois. Après la dernière démolition, J. rénove la grotte mais reçoit les invités dans une tente dressée sur les décombres. Depuis que la guerre a éclaté, le harcèlement des colons s’est accru, alors J. a commencé à dormir dans la tente tandis que sa femme et ses cinq enfants dormaient dans la grotte.

Sur le même sujet : Israël : le tabou colonial

Le 8 décembre à l’aube, dit-il, « plusieurs soldats sont entrés dans la tente, ont dit qu’ils venaient chercher des armes. Ils se sont bien comportés, ont fait leurs recherches et sont partis. Mais ensuite les colons sont arrivés. Depuis le début de la guerre, ils portent des uniformes et des armes militaires, ils ressemblent à des soldats. Mais ils étaient masqués. Avec eux, c’était différent, il y a eu des injures grossières – “fils de pute [répété en hébreu et en arabe], tu es le Hamas” –, et ils ont pointé leurs armes sur nos visages. Ils ont encore fouillé, tout renversé, détruit les projecteurs, démonté une partie de la clôture […]. Ils allaient de maison en maison et saccageaient tout. Dans la partie principale du village, ils ont forcé tous les habitants à se réunir dans une seule maison. Ils ont emmené mon cousin S. aux latrines et l’ont battu là-bas.

Les écoles sont une cible privilégiée.

Au bout d’un moment, un colon est arrivé avec un cartable contenant de vieilles munitions. Ils ont continué à le battre pour qu’il avoue que cela lui appartenait, mais ce n’était pas le cas. Il a été emmené par les soldats, enchaîné et les yeux bandés, pour un trajet de plusieurs heures, avant d’aboutir au commissariat de Kiryat Arba (la colonie proche de Hébron). Les soldats ont continué à faire preuve de cruauté, notamment en éteignant des cigarettes sur ses bras. » Il est probable que les colons eux-mêmes aient apporté le sac avec les munitions. Mais la libération immédiate de S. atteste que la police s’est rendu compte qu’il s’agissait là d’une tromperie des colons.

Les dégâts matériels les plus graves ont été commis dans la petite école dans laquelle étudient dix enfants du village – de la 1re à la 4e année. Les colons se sont déchaînés là-bas et ont détruit tout ce qu’ils pouvaient, ils ont cassé les armoires et les portes et vandalisé les livres et les cahiers. Les écoles sont une cible privilégiée. Au cours de leur « perquisition », les vandales ont cassé des téléviseurs et des ustensiles de cuisine, volé des outils de travail, un marteau-piqueur et un générateur, ainsi que de l’argent, de l’or et des bijoux. « Qu’est-ce que cela a à voir avec une fouille d’armes ? », demande J.

Sur le même sujet : Cisjordanie : « Des soldats sont arrivés, ont attaqué nos maisons et ont tiré au hasard »

Les actes de terreur coloniale en Cisjordanie sont attestés par de nombreux articles publiés dans la plupart des organes de presse internationaux. Des centaines d’agressions ont été répertoriées ces derniers mois. Pourtant, la complicité des colons, de l’armée et du système judiciaire, établie depuis de longues années, est souvent brouillée, ignorée. L’impunité et l’omerta équivalent à une caution. Israël recourt toujours à l’inversion des accusations, en fabriquant le cas échéant de fausses preuves. Les falsifications sont facilitées par les outils technologiques. Ces pratiques criminelles, accompagnées de meurtres quelquefois, se situent dans la continuité des stratégies engagées à la création de l’État d’Israël, mais les actes de barbarie ont augmenté ces derniers mois. 

Raids de l’armée

Il faut ajouter à cette barbarie quotidienne les raids de l’armée. Jénine (nord de la Cisjordanie) ou Tulkarem (nord-ouest) ont été les cibles d’incursions militaires ou de bombardements par des drones. Le 12 décembre, l’armée a tué douze Palestiniens à Jénine. Mais elle a aussi volé et pillé dans la grande tradition des armées coloniales. Après le départ des soldats, un épicier faisait, devant une journaliste du Monde, l’inventaire de ce qui avait été volé : « Regardez, ce sont les restes des graines de tournesol qu’ils ont prises. Ils ont mangé et bu des articles de ma boutique. »

À la mi-janvier, l’armée a mené à Tulkarem une opération meurtrière dite « antiterroriste » de trente-cinq heures. Les témoins ont fait état de destructions des rues et des voitures par des bulldozers militaires. Depuis le 7 octobre, 360 Palestiniens ont été tués en Cisjordanie par l’armée ou par les colons. De l’avis de tous les observateurs, l’arbitraire colonial sous toutes ses formes ne fait que renforcer l’influence du Hamas.

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Monde
Publié dans le dossier
La dérive fasciste de Netanyahou
Temps de lecture : 8 minutes

Pour aller plus loin…