Les restaurants universitaires doivent offrir une option végétalienne

Dans une lettre ouverte au Cnous, Jade Béniguel et Clovis Waroquier, co-référents des Jeunes REV (Révolution Écologique pour le Vivant), appuient les étudiant·es qui exigent des options végétaliennes dans les restaurants universitaires.

Jade Béniguel  et  Clovis Waroquier  • 11 mars 2024
Partager :
Les restaurants universitaires doivent offrir une option végétalienne
Un restaurant du Crous au moment des repas à un euro servi aux étudiants, le 9 février 2021 à Paris.
© Martin BUREAU / AFP

La végétalisation de nos assiettes est une nécessité compte tenu de l’impact de notre alimentation sur l’environnement, la santé et des sévices que cela entraîne sur les animaux. Forts de ce constat, de plus en plus de jeunes à travers le monde décident de devenir végétaliens en supprimant les produits d’origine animale de leurs plats. Il est ainsi primordial de permettre une pluralité d’offres alimentaires dans les lieux de restauration publique.

Seulement, en France, dans de nombreuses villes telles que Rennes ou Lyon par exemple, il n’y a aucun repas végétalien disponible dans les restaurants universitaires, ce qui crée une profonde inégalité de traitement envers les étudiant·es adoptant une alimentation végétale.

Sur le même sujet : Scandalisés, fauchés, végés…

Les Jeunes REV est le mouvement de jeunesse du parti Révolution Écologique pour le Vivant portant les thématiques de l’écologie radicale, antispéciste et antilibérale. Premier parti français à avoir signé le « Plant Based Treaty », la REV s’engage en faveur du vivant. C’est dans cette perspective que les Jeunes REV souhaitent interpeller le Cnous (Centre national des œuvres universitaires et scolaires), ce dernier prenant les décisions au niveau national des services Crous régionaux.

Les Crous font la sourde oreille

La tendance est claire, un sondage IFOP de 2023 met en avant que 65 % des jeunes souhaitent évoluer à court terme vers un régime alimentaire de plus en plus végétal. Encore mieux, en 2019, dans un sondage mis en place par Made in Surveys, 88 % des étudiant·es déclarent qu’il serait judicieux d’avoir un menu complet végétalien tous les jours dans les restaurants universitaires.

Il est nécessaire de permettre aux étudiant·es végétalien·nes une alternative riche en apports nutritifs.

Malgré cela, dans de nombreux restaurants universitaires, il est impossible de trouver de simples options végétaliennes. Les étudiant·es véganes doivent se contenter de quelques légumes ou céréales lorsque ceux-ci ne sont pas cuisinés dans du beurre ou de la crème. Nous sommes loin d’un repas complet et équilibré. Il est donc nécessaire de permettre aux étudiant·es végétalien·nes une alternative riche en apports nutritifs.

Sur le même sujet : L’antispécisme nous rentre dans le lard

Malgré plusieurs interpellations d’étudiant·es envers la direction des différents Crous, nous sommes extrêmement étonné·es et déçu·es par le manque de considération reçue, compte tenu des enjeux écologiques et de l’urgence en termes d’égalité de traitement liés à la mise en place d’une alimentation végétale. Afin d’appuyer nos démarches, une pétition a été lancée par les étudiant·es. Cette pétition intitulée « Exigez une option végétale dans les restaurants universitaires du Crous » recueille déjà près de 1 700 signatures.

Prendre en compte la demande des étudiant·es est nécessaire

Le Cnous a sorti il y a quelques mois sa « Stratégie nationale de transition écologique ». Le Cnous oriente les pratiques des 26 Crous de France et dans sa stratégie, un programme a été mis en place pour réduire les émissions de gaz à effet de serre en s’intéressant à l’alimentation (en effet, l’alimentation représente 68 % des émissions des Crous) ; l’objectif est d’atteindre 50 % de repas végétariens servis en 2030. Si nous saluons ce progrès timide et très lointain, nous déplorons une nouvelle fois le refus de choisir des repas végétaliens qui auraient émis encore moins de gaz à effet de serre et qui auraient été plus inclusifs.

Sur le même sujet : Qui a peur des véganes ?

Il apparaît que les restaurants universitaires français semblent en décalage complet avec le reste du monde. Le mouvement international « Plant Based Universities » rassemble des étudiant·es du monde entier qui cherchent à rendre leurs universités entièrement végétaliennes. Ainsi de nombreuses universités, à la demande des syndicats d’étudiant·es, sont déjà sollicitées afin de devenir totalement végétaliennes ; nous pouvons évoquer les universités de Cambridge, Kent, Londres ou Birmingham au Royaume-Uni.

Les restaurants universitaires français semblent en décalage complet avec le reste du monde.

Ainsi, les Jeunes REV et la REV se joignent à la demande des étudiant·es. En espérant que le Cnous fasse figure d’exemple en termes de végétalisation de l’alimentation et réponde favorablement à notre souhait de mettre en place des options véganes dans les points de restaurations Crous. Alors que le monde se tourne de plus en plus vers une végétalisation complète, les universités, lieux de sciences et d’avant-garde de l’évolution, doivent initier un mouvement et garantir la pluralité des offres pour les étudiant.es quelles que soient leurs préférences alimentaires.

Recevez Politis chez vous chaque semaine !
Abonnez-vous
Publié dans
Tribunes

Des contributions pour alimenter le débat, au sein de la gauche ou plus largement, et pour donner de l’écho à des mobilisations. Ces textes ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction.

Temps de lecture : 4 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Non à la mise en péril du processus de décolonisation en Nouvelle-Calédonie 
Appel 12 avril 2024

Non à la mise en péril du processus de décolonisation en Nouvelle-Calédonie 

TRIBUNE. La politique du coup de force, irrespectueuse des droits légitimes du peuple Kanak, conduite par le gouvernement ne peut mener qu’à un immense gâchis, s’alarment dans cet appel 56 personnalités.
Par Collectif
3 000 vaches pour 1 200 habitants : un projet absurde, à l’image de la politique agricole
Tribune 11 avril 2024

3 000 vaches pour 1 200 habitants : un projet absurde, à l’image de la politique agricole

TRIBUNE. Radicalement opposés à cette ferme-usine, Victor Pailhac, Azelma Sigaux et Fiona Vanston, coordinateurs nationaux de la Révolution écologique pour le vivant (REV), estiment que son abandon devra initier la révolution végétale et éthique qui s’impose à notre humanité.
Par Victor Pailhac
Interdire les « polluants éternels » : après la France, l’Europe !
Tribune 10 avril 2024

Interdire les « polluants éternels » : après la France, l’Europe !

TRIBUNE. L’Assemblée nationale a adopté une proposition de loi vers l’interdiction des PFAS, polluants éternels omniprésents dans la vie quotidienne. Trois élus écologistes, dont Marie Toussaint, appellent à son adoption au Sénat le 30 mai prochain et à une application du principe en Europe.
Par Anne Souyris
« Le service civique, ce n’est pas tout beau, tout rose »
Tribune 9 avril 2024

« Le service civique, ce n’est pas tout beau, tout rose »

Le risque est d’en présenter des contours parfaits, et ainsi, d’en affaiblir la portée, estiment deux sénatrices du groupe Écologiste – Solidarité et Territoires et les co-secrétaires nationales des Jeunes Écologistes.
Par Mathilde Ollivier