Politis

Abonnez-vous à Politis

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Politis Web illimité

8 par mois Offre liberté
  • Accès Web illimité fixe et mobile
  • Politis en PressView (liseuse)
  • L’application mobile sur AppStore et GooglePlay
  • Accès aux archives (32 000 articles)
Choisir cette offre

Tout Politis

Votre hebdo, partout, tout le temps.

11 par mois Offre tout politis
Abonnement Tout Politis
  • Abonnement papier en toute liberté, chaque semaine votre hebdo et deux fois par an, un hors série. En prélèvement automatique à durée libre.
  • Politis web illimité (accès web + archives + liseuse + applis mobiles) offert !
  • Un DVD sélectionné par la rédaction offert !
Je m'abonne

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, anciens numéros, réabonnement…

Dossier : Jeux olympiques : plus grands, plus chers, plus politiques

JO : plus grands, plus forts, plus politiques

Les Jeux olympiques de Londres, qui débuteront le 27 juillet, n’échapperont pas à la règle. Ils seront un enjeu politique. Mais avant tout de politique intérieure. Après l’enthousiasme quand le Comité international olympique a attribué les JO à la capitale britannique plutôt qu’à Paris, les « sujets de sa Gracieuse Majesté » commencent à déchanter.

Un investissement d’1,3 milliard d’euros, un stade qui aura coûté 10 % plus cher que prévu, et dont on n’est pas sûr qu’il aura un usage au-delà de l’événement, tout cela fait mauvais effet en période d’austérité. Sans compter les problèmes de transport et l’invasion des sponsors. McDonald’s a même créé un centre de formation pour conditionner ses bénévoles.

Mais la politique, de nos jours, c’est aussi la hantise du terrorisme. On ne sait ce qu’il y a de pire, de la menace ou du déploiement sécuritaire. Surtout que la société G4S, à laquelle l’État avait délégué d’importantes missions, vient de déclarer forfait devant l’ampleur de la tâche.

Il y aura tout de même un navire de guerre dans la Tamise, quatre avions de combat prêts à décoller et… des missiles sol-air sur les immeubles situés en bordure du parc olympique. Certes, le cent mètres fera oublier tout ça aux Londoniens. Mais il ne dure même plus dix secondes…


Photo : AFP / Carl Court

Haut de page

Voir aussi

Articles récents