En toute impunité

L’expansion des cultures de palmier à huile se fait sur le dos des populations locales. Les explications de la Commission Justice et Paix de Colombie.

En février 1997, l'armée colombienne réalise une vaste opération de déplacement de population dans les territoires de Salaquí y el Cacarica : près de 3 000 paysans de cette région du Bajo Atrato Chocoano se sont retrouvés à Panama, Cartagène, Medellin, etc. Certains se sont cachés dans la forêt, d'autres ont entamé une résistance pour exiger la protection et la garantie de leurs droits. Depuis cette époque, et jusqu'en 2006, la Commission Justice et Paix a enregistré 106 assassinats et disparitions, 15 cas…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.