Avant que j'oublie ou la solitude en héritage

L’acteur et réalisateur Jacques Nolot signe avec « Avant que j’oublie »
un beau film d’une lucidité douloureuse et ironique sur un homosexuel vieillissant. Une mise à nu émotionnelle.

On peut voir et revoir un film pour un plan, un seul. Parce qu'on n'en épuisera jamais son mystère. L'absolu miracle qu'il constitue réactive la foi dans le cinéma, dans sa puissance d'incarnation, dans son irréductible singularité. Avant que j'oublie offre ce plan-là. Il se trouve à la fin du film. Comme une apparition ultime. Un accomplissement. Pierre, le personnage principal et alter ego du réalisateur, Jacques Nolot, qui interprète lui-même le rôle, y est habillé en femme. Moustache rasée, perruque…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents