Hugh Weiss tire son irrévérence

Quelques titres de ses oeuvres ont témoigné du cocktail pigmenté. Charon et la pieuvre , Cerbère et Méduse , Nageur sur le Flégéton . Hugh Weiss s'en est allé s'esclaffant. L'esclaffe dont il avait fait son laboratoire intime, déployé sérieusement, sans se prendre au sérieux. Weiss a été le peintre d'un monde en souffrance et en goguette, oscillant entre gais lurons et trognes patibulaires, entre la vie et la mort, se gorgeant d'histoires mythologiques, confites et déconfites, métronome d'une féerie aux…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents