Une responsabilité morale

Denis Sieffert  • 8 novembre 2007 abonné·es

Si on la dépouille de son arrière-plan politique, cette histoire d'Arche de Zoé est dramatiquement simple. Lepersonnage central, fondateur de l'association, a tout du baroudeur, un peu tête brûlée, en mal d'aventures exotiques. Ses intentions n'étaient sûrement pas celles d'un escroc. Mais il arrive un moment où l'irresponsabilité, poussée à ce point, a les mêmes effets que l'escroquerie la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Une analyse au cordeau, et toujours pédagogique, des grandes questions internationales et politiques qui font l’actualité.

Temps de lecture : 4 minutes