Une responsabilité morale

Si on la dépouille de son arrière-plan politique, cette histoire d'Arche de Zoé est dramatiquement simple. Lepersonnage central, fondateur de l'association, a tout du baroudeur, un peu tête brûlée, en mal d'aventures exotiques. Ses intentions n'étaient sûrement pas celles d'un escroc. Mais il arrive un moment où l'irresponsabilité, poussée à ce point, a les mêmes effets que l'escroquerie la plus sordide. En l'occurrence, des enfants tchadiens ont été soustraits à leurs parents ; et des couples de Français…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents