Pourquoi il faut désobéir à l’Otan

Xavier Renou, porte-parole du collectif Les Désobéissants, décrypte le rôle néfaste de l’Alliance Atlantique, qui se réunira début avril à Strasbourg pour se doter d’une nouvelle stratégie. Ses opposants y seront également.

Xavier Renou  • 12 mars 2009 abonné·es
Pourquoi il faut désobéir à l’Otan

Les 3 et 4 avril, des milliers de pacifistes européens viendront à Strasbourg dire non à l’Otan, qui doit y fêter son soixantième anniversaire, et surtout se doter d’une stratégie nouvelle, plus agressive encore. Parmi eux, 2 000 à 3 000 ­« désobéissants », peut-être plus, tenteront d’empêcher de manière non-violente la tenue du sommet. Pour la première fois en France, 27 chefs d’État, dont Barack Obama, et plus de 20 000 policiers vont devoir faire face à une vaste action de ­désobéissance civile.

Lors des bombardements sur Belgrade, en avril 1999. L’intervention de l’Otan se traduisit par des crimes de guerre. US AIR FORCE/AFP

Pour les pacifistes français, le moment est stratégique. Nicolas Sarkozy veut faire de l’Alliance Atlantique l’outil

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 6 minutes