Bilan des années 2000 : gouverner, c’est échouer

L’année qui vient de s’achever laisse un goût amer. Au plus fort d’une crise qui met en jeu toutes les conditions sociales et écologiques de la vie des sociétés, les gouvernements réunis au sein du G20 à Londres et à Pittsburgh comme l’ensemble des représentants des États rassemblés par l’ONU à Copenhague se sont séparés sur des constats d’échec. D’un côté, aucun signe de volonté de désarmer les marchés financiers n’est venu de la part du G20 : les capitaux circulent, les paradis fiscaux prospèrent, et les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents