Quand l’orientation perd le nord

Le gouvernement projette de transférer une partie des missions des conseillers d’orientation-psychologues sur les enseignants, et une autre sur des entreprises privées.

«Pour discuter de votre avenir, tapez 2 ! » Des hotlines où des « chargés d’orientation » répondront par téléphone, par e-mail ou sur des « tchats » en ligne aux collégiens et aux lycéens en mal d’information… Voilà à quoi pourrait ressembler, demain, l’orientation scolaire. C’est en tout cas ce que préconise un groupe de travail ministériel qui, depuis l’automne, planche sur la redéfinition des missions des conseillers d’orientation-psychologues (COP). Si elles sont encore floues, les premières…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.