Le coup de sang de la santé publique

Inégale répartition des médecins, dépeçage des hôpitaux, menaces sur le secteur médico-social, baisse des remboursements de la Sécu… Un mouvement inédit se dresse contre ces dangereuses régressions.

Ingrid Merckx  et  Pauline Graulle  • 7 avril 2011 abonné·es
Le coup de sang de la santé publique
© Photo : GUILLOT / AFP

Un appel « Notre santé est en danger ! » a mobilisé le 2 avril les personnels du secteur de la santé publique, des collectifs d’usagers, des syndicats et des militants de gauche dans les régions. Une coordination nationale réunit désormais autour de ce texte plus de 90 organisations nationales et plus de 100 régionales ^2. Un mouvement jamais vu, se félicite Françoise Nay, l’une des responsables de la coordination, qui a recensé des rassemblements unitaires dans une soixantaine de localités. Et quelques victoires, notamment la réouverture du service de radiothérapie de l’hôpital de Guéret (Creuse). Où en est-on après deux ans de réforme ?

**Alix Béranger, consultante***

« Le coût des soins est dissuasif pour les patients »

L’accès aux soins se dégrade depuis les premières taxations en 2002, qui ont entraîné des « reste à charge » importants pour les patients.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 7 minutes