France, État violent ?

Aussi loin que l’on remonte, l’émergence de la violence politique a toujours été précédée par des discours. C’est-à-dire préparée par des éléments de langage qui organisent la déshumanisation en désignant, par exemple, des groupes de « sous-hommes », dont la dévalorisation est pensée, écrite et parlée avant d’être mise en œuvre. « Langage et violence, les effets du discours sur la subjectivité d’une époque » était le thème du colloque organisé les 17 et 18 juin par l’Association Primo-Levi à Paris 1. « Il…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents