Peut-on être « conjoint(e) de » et journaliste ?

Pour Dominique Pradalié, Audrey Pulvar ne peut plus couvrir la politique et Valérie Trierweiler doit suspendre ses activités. Mais, au-delà, il faut lutter contre toutes les atteintes à la déontologie. Pour François de Singly, définir des incompatibilités a priori est contraire à l’idée de nos sociétés individualistes et aux acquis du féminisme.

Pour le SNJ, il s’agit de bannir tout conflit d’intérêts entre la profession de journaliste et les milieux politiques, mais aussi économiques ou autres. Il n’y a pas que les conjointes de certaines personnalités qui sont concernées. D’abord, il y a aussi des messieurs, et il ne s’agit pas que de relations amoureuses, mariage, concubinage ou relations extraconjugales. Il y a d’abord la question du type de liens – quels que soient ces liens – entre le secteur de la presse et des médias et les responsables…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents