Mayotte, terre d’exception

Comme François Hollande s’y était engagé le 20 février auprès des associations d’aide aux étrangers, une circulaire du 7 juillet met fin, dès la rentrée, à l’enfermement des enfants sans papiers en centre de rétention – sauf cas exceptionnels (fuites, etc.). Une promesse tenue ? Pas tout à fait ! Les enfants de Mayotte, pourtant département français depuis 2011, ne bénéficieront pas du même traitement. Or, « pas moins de 5 389 enfants y ont été privés de liberté en 2011 dans un centre de rétention jugé…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents