PS : La tentation du verrouillage

L’alliance conclue entre Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault en vue du congrès du Parti socialiste de Toulouse, fin octobre, privilégie l’unité des socialistes au détriment de l’expression de leur diversité.

Après les victoires électorales, le congrès ! Le conseil national du Parti socialiste, réuni mercredi 18 juillet, a lancé l’acte I du congrès prévu fin octobre à Toulouse. Celui-ci commence traditionnellement par le dépôt de « contributions générales ». C’est l’occasion pour chaque sensibilité de faire valoir son point de vue et de se compter au moyen des signatures recueillies sur ces textes auprès des cadres du parti, des élus et des militants. À l’issue des débats dans les sections sur ces textes, les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisi un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents