La potion amère du PS

C’est sans enthousiasme et avec de faibles arguments que le gouvernement
veut contraindre ses parlementaires à ratifier le traité budgétaire européen.

Comment faire accepter ce qui, hier encore, était inacceptable ? La question taraude le gouvernement et la direction du PS. En cette rentrée, ils éprouvent toujours des difficultés à convaincre leurs troupes d’approuver le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance dans l’Union économique et monétaire (TSCG). Un traité voulu et signé par Nicolas Sarkozy auquel François Hollande, lui-même, était opposé (voir encadré). Le 21 février, lors de la discussion sur le traité instituant le Mécanisme…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents