L’oreille sélective de Cahuzac

C’est un Jérôme Cahuzac tout contrit qu’ont découvert ce week-end les lecteurs du Monde (7-8 octobre) : « Il faut savoir entendre une colère quand elle a des accents de sincérité » , déclare le ministre du Budget. Allait-il reconnaître l’inaction coupable de l’État face aux plans de licenciement boursier ? Donner satisfaction aux salariés de Sodimedical privés de salaire depuis plus d’un an malgré trente-deux décisions de justice favorables ? Non. Ce que l’équipier de Pierre Moscovici à Bercy « entend » ,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents